Pages

Wednesday, 24 June 2020

Let's talk about flowers and plants!

 
After 2 years in my new flat, I decided it was high time to decorate my spacious and sunny terrace. I recently invested in a flew plants and I was offered some cuttings, so I took some time to make this a little more harmonious.
I went to my favourite nursery owner in Montpellier (Sud Jardin Montpellier) and invested in a few clay flowerpots, some compost and clay beads and I am now quite happy about the results.

Après 2 ans dans mon nouvel appartement, j'ai décidé qu'il était temps de décorer ma terrasse spacieuse et ensoleillée. J'ai récemment investi dans quelques plantes ou l'on m'a offert des boutures, et j'ai donc pris un peu de temps pour rendre tout ceci un peu plus harmonieux.
Je suis allée chez mon pépiniériste préféré de Montpellier (Sud Jardin Montpellier) et j'ai investi dans quelques pots en argile, du terreau et des billes en argile et je dois dire que je suis assez contente du résultat.

Red Dipladenia – Lidl: €5
Dipladenia rouge – Lidl : 5 €

White Dipladenia – Cutting raised and given to me as a gift from my aunt
 Dipladenia blanc – Plante bouturée et offerte par ma tante

KumquatSud Jardin Montpellier : €45

Cyclamen – Sud Jardin Montpellier : 12 €

My plants in their new clay flowerpots bought at Sud Jardin Montpellier (€45 for the 4 flowerpots sets, 20 litres of compost and 5 kilos of clay beads).

Voici mes plantes dans leurs nouveaux pots achetés chez Sud Jardin Montpellier (45 € pour 4 pots et sous-pots en argile, 20 litres de terreau et 5 kilos de billes d'argile).

Garden salon from Oviala: €145
Salon de jardin d'Oviala : 145 €

Faux leather chair to chill out and dream or call my friends and relatives (cannot remember the name of the website but it cost me around €250 and it look as new as when I bought it, and it's supposed to be inside)
Fauteuil en simili pour me détendre, rêver ou appeler mes amis ou ma famille (impossible de me souvenir du site Web, mais il m'a coûté environ 250 € et il est comme neuf alors que c'est un fauteuil d'intérieur)

Various decorations in my bedroom (the plant is in plastic but it cost me €2 at GIFI)
Diverses décorations dans ma chambre (la plante est en plastique, mais elle m'a coûté 2 € chez GIFI)

Another cutting from a friend who bought the plant at IKEA around 15 years ago
Une autre bouture donnée par un ami qui avait acheté cette plante chez IKEA il y a environ 15 ans

My next project is to buy one large wooden container so I will plant my two favourite ones: a passion flower and a fuchsia bougainvillea.

Mon futur projet et d'acheter un large bac en bois afin de pouvoir y planter mes deux grimpantes préférées : une passiflore (mauve ou bleue) et un bougainvillier fuchsia.

GammVert wooden plant container: €129
Bac à plantes en bois GammVert : 129 €

Passion flower in the street near my place
Passiflore pris en photo dans la rue près de chez moi

Saturday, 13 June 2020

The faux leather biker jacket


The weather has been a bit chilly lately and I couldn't really afford a leather biker jacket. I found this great model for under 30€ on the Pimkie website and it's absolutely perfect with a T-shirt or a sweater at the moment. It's a basic I am going to wear a for a long time and it's really great quality (it really looks like real leather). I hope you like it!

Il a fait un peu froid ces derniers temps et je ne pouvais pas vraiment m'offrir une veste en cuir. J'ai trouvé ce modèle en ligne sur le site de Pimkie pour moins de 30€ et elle est absolument parfaite avec un T-shirt ou un sweat en ce moment. C'est un basique que je vais porter pendant un bon moment et la qualité est au rendez-vous, on dirait presque du cuir. J'espère qu'elle vous plaira!


Pimkie Faux leather Jacket: 29.99€ – LTB Molly jeans: 56€ (Sarenza) – Nat et Nin Leather Green cross body bag (Spartoo) – Bensimon Pink Ellie Sneakers (Spartoo): 29€

Bijoux Brigitte Leave me Rose necklace: 13€– American Apparel Grey Sweater (old)

Thursday, 23 April 2020

Getting ready for summer: Wishlist come true



Dishevelled me working in my bed and confined with the twins. These headphones are a real lifesaver when your neighbours (or your kids) are noisy...
Photo de moi échevelée et travaillant dans mon lit, confinée avec les twins. Ce casque anti-bruit est du pain béni lorsque vos voisins (ou vos enfants) sont trop bruyants...

In this period of confinement, I had to work a lot and help my daughters with the homeschooling, as well as combine business with pleasure. Here are my latest own gifts, which are going to last for a veeeeery long time!

En cette période de confinement, j'ai dû beaucoup travailler, m'occuper de la scolarité de mes filles et également joindre l'utile à l'agréable histoire de traverser cette période du mieux possible... Je vous laisse découvrir les petits cadeaux que je me suis faits et qui vont me servir trèèèèèèèèèèèèès longtemps!

Using makeup or not? That is the question. It actually depends on my mood. Enjoying a lovely scented organic shower gel is however compulsory.
Se maquiller ou pas ? Telle est la question. En fait, ça dépend des jours.... Apprécier un gel douche bio au parfum délicieux est néanmoins obligatoire...




I wouldn't be able to survive without the Simon & Tom Moroccan hair serum with argan oil in order to tame my wild mane. It smells so lovely it's unreal.
Je ne pourrais pas survivre sans mon sérum capillaire marocain Simon & Tom à base d'huile d'argan, qui me permet de dompter ma chevelure sauvage. Il sent tellement bon, que c'est irréel.



I couldn't resist buying this pleated midi skirt when I saw there was a 50% discount. Perfect for the summer, because it allows the air to circulate around your legs, and it goes with pretty much anything. The same applies to the blue Urban Bliss gingham wrap below (56% discount). I'm not such a fan of the socks or chunky trainers, but it will be lovely with flats or sandals.
Je n'ai pas pu résister à acheter cette jupe plissée en satin lorsque j'ai vu qu'elle était soldée à 50 %. Parfait pour l'été quand il fait chaud, car cela permet de garder ses gambettes à l'air. Et elle s'accorde à peu près avec tout. La même chose pour la Jupe portefeuille à carreaux vichy de Urban Bliss (56 % de réduction). Je ne suis pas très fan des chaussettes et des grosses baskets, mais elle sera parfaite avec des ballerines ou des sandales.


Urban Bliss Gingham Wrap – 16.99€

Decathlon is doing huge promotions, and as I really needed a new bikini, I found what I was looking for even though the top and the bottom weren't the same colour (be careful with the bottom, it sizes very small, you need to take one size up unless you are very thin and not very tall !). No need to say that when I spotted these lovely flip-flops and saw their price, I instantly clicked on the Order button). They're available in different patterns.
Decathlon fait de grosses promotions en ce moment, et j'avais besoin d'un nouveau bikini. J'ai trouvé mon bonheur, même si le haut et le bas ne sont pas de la même couleur (attention, prenez une taille au-dessus pour le bas, car il taille petit, à moins d'être très fine et pas très grande !) Inutile de vous dire que lorsque j'ai vu ces tongs à 7 €, j'ai tout de suite appuyé sur le bouton Acheter. Elles se déclinent en plusieurs motifs.



 DECATHLON Flip-Flops – 5€


And in order to feed my brain while relaxing, I am going to start one of the books of the Hurrah for Gin collection which a friend gave me as a present (Reluctant Adult, a book for the perpetually overwhelmed), as well as two books of the Madame Connasse collection I want to read again. No need to describe what the books are about...
Et pour nourrir le cerveau, tout en se détendant, je vais commencer un des livres de la collection Hurrah for Gin qu'une amie m'a offert (Reluctant Adult, a book for the perpetually overwhelmed), ainsi que relire deux des opus de Madame Connasse. Je crois que le contenu n'a pas besoin d'être décrit...





Monday, 20 April 2020

Sinbad


« Oh I am what I am
I'll do what I want
But I can't hide
I won't go
I won't sleep
I can't breathe
Until you're resting here with me
I won't leave
I can't hide
I cannot be
Until you're resting here with me »
Dido – « Here With Me »

« Oh je suis ce que je suis
Je ferai ce que je veux
Mais je ne peux cacher
Que je ne m'en irai pas
Que je ne dormirai pas
Que je ne peux pas respirer
Jusqu'à ce que tu te reposes ici avec moi
Que je ne partirai pas
Je ne peux cacher
Que je ne peux exister
Jusqu'à ce que tu te reposes ici avec moi »

Cet idiot de Zoom s’est levé, car il l’a entendue monter les escaliers, il reconnaît son pas. Il m’agace, c’est plus fort que lui, quand elle part, il miaule comme un perdu et l’attend toute la journée avec tout le désespoir du monde dans les yeux, persuadé de ne plus jamais la revoir. Dès qu’elle ouvre la porte, elle le voit et le flatte comme à son habitude, lui dit qu’il est le plus beau, ce qui entraîne chez lui le réflexe de se pencher sur le côté doucement jusqu’à tomber afin de se retrouver les quatre pattes en l’air comme un chien pour se faire gratter le ventre. Je ne peux pas supporter ce spectacle ridicule, il est une honte pour toute notre race. C’est une erreur de la nature, une réincarnation ratée, le premier cas de chien réincarné dans le corps d’un chat. Il est pitoyable.
Un jour, il était sur la machine à laver, et quand elle s’est mise à le flatter, ça n’a pas raté, il a voulu se mettre sur le dos, mais ne s’est pas souvenu qu’il était en hauteur, complètement bouleversé par les flatteries de sa maîtresse. Il s’est fracassé par terre piteusement et s’est relevé d’un coup, piqué dans son orgueil. Qui a dit que les chats retombaient toujours sur leurs pattes ?

Hier, elle l’a même affublé d’une serpillière à scratch qu’elle lui a attachée comme une cape autour du cou. Il s’est promené pendant une heure dans cet accoutrement en rasant le sol de son ventre pendant, il avait l’air ridicule, et elle, elle pleurait de rire en l’appelant le Chevalier Zouzoum. Il lui a pardonné cette humiliation en un instant, quand elle lui a enlevé sa cape et il est retourné se coucher sur son fauteuil en battant l’air de sa queue de siamois en forme de Z, totalement humilié.
Je sens son odeur divine affleurer mes narines délicates et roses, elle sent merveilleusement bon. J’ouvre un œil, puis l’autre, bâille en ouvrant ma gueule comme un lion noble et distingué et m’étire longuement en allongeant mes pattes avant. Elle pose son manteau à l’entrée et vient me voir directement, car elle sait que je ne me déplace jamais pour l’accueillir, je suis trop fier pour ça.

La plupart du temps je fais comme si je ne l’avais pas remarquée, et je relève parfois la tête pour renifler l’odeur de ses mains. Intérieurement, j’ai envie d’y planter mes crocs tellement elles sont douces et moelleuses.
Quand il est là ça me rend fou, j’ai envie de la griffer, car elle change d’attitude, elle met des talons, elle se parfume, alors que moi mon moment préféré c’est quand elle se réveille et qu’elle a sa vraie odeur, que ses cheveux sont emmêlés et que sa lèvre supérieure est légèrement gonflée. Elle a le meilleur parfum du monde. Je passe mes nuits à gratter à sa porte et je parviens parfois à me glisser à l’intérieur sans qu’elle s’en rende compte. Je saute sans bruit sur son lit et je m’endors contre elle, en ronronnant doucement. Elle n’a jamais le courage de me chasser, alors elle accepte ma présence, et inhale un peu de Ventoline quand son asthme devient trop fort.

– Je ne sais pas quoi faire de ma vie, tu comprends ? Ni avec qui ou même bien où. Je n’ai aucune idée, je ne suis pas née avec la boussole et la carte comme les autres, j’ai le sentiment que tout ce dont j’ai besoin est ailleurs, pas ici, mais je ne sais pas où.
– Pourquoi as-tu besoin de le savoir aujourd’hui ? La vie t’emmènera aux bons endroits aux bons moments, inutile de chercher, lui dis-je. Gratte-moi le museau plutôt.
– Je ne veux pas attendre, je ne peux pas attendre !!! Toi tu pars tout le temps, dès que maman ouvre la porte, hop, tu t’enfuis. Tu as même sauté par la fenêtre un jour, que veux-tu, moi c’est pareil, j’étouffe ici !
– Oui, mais moi je reviens toujours.

J’aimerais pouvoir lui dire ce qui l’attend dans sa vie, les rencontres qu’elle va faire, les gens qu’elle va aimer toute sa vie, ceux qui vont la décevoir, tout le bien et le mal qui va lui arriver, les moments de joie intense et de tristesse absolue. Elle n’est pas comme les autres, tout le monde le sait, sauf elle. Comme à notre habitude elle approche son visage de moi, je mets mon museau à deux millimètres de sa bouche et je la renifle. Elle prend ma patte avant et commence à me serrer les coussinets entre ses doigts, elle adore le moelleux de mes pattes roses, et en me massant, elle me fait écarter les griffes comme si je m’étirais, les pattes en éventail et ça la fait rire cette sotte. Quant à moi, j’exulte.

– Dis-moi comment sera ma vie, s’il te plaît !
– Jamais, il faut que tu te trompes, il faut que tu cherches, il faut que tu attendes, un point c’est tout. Toutes les récompenses que te donnera la vie te viendront d’elle uniquement, jamais de tes recherches.
– Tu mourrais si tu me disais ? 
– N’insiste pas !
– Raconte-moi tes vies alors, combien en as-tu eu ?
– C’est ma septième, après normalement je redeviens humain.
– Dis-moi, oh dis-moi !
– Bon d’accord. Pour ma première vie…

Je n’ai pas même commencé mon histoire que le téléphone sonne. Elle se précipite dans le hall d’entrée, et me laisse là, gueule bée, avec mes histoires à coucher dehors, mes réincarnations, mes perruques égyptiennes parfumées, mes mille et une nuits, mes bagues à poison. J’ai perdu, encore une fois, pour ce crétin imberbe qui ne sait pas l’aimer. Et je vais la perdre longtemps, je le sais, mais elle me reviendra, il faut que je prenne mon mal en patience. Le sommeil, mon meilleur ami, m’enlève une fois de plus, et lorsqu’elle viendra se coucher contre moi, silencieusement, je prendrai le plus grand soin à l’ignorer, tout en sentant son souffle chaud contre ma truffe humide.

Saturday, 28 March 2020

Septembre 2001


« You see the trouble with me
I’ve got a head full of fuck
I’m a basket case
I don’t think, I can love, love, love…
You see the trouble with you
Is you’re in love with me
What a strange thing to do
What a brave place to be... »

Robbie Williams – « Trouble with me »

« Tu sais, le problème avec moi
C’est que mon cerveau est totalement niqué,
Je suis un cas désespéré
Je ne pense pas pouvoir aimer…
Tu sais, le problème avec toi
C’est que tu es amoureux de moi,
Comme c’est étrange
Quel courage de vouloir t’y aventurer... »

Léo est arrivé en trombe ce matin-là, il avait le visage gris, on aurait dit qu’il avait pris dix ans en une nuit.
– Ben est mort.
Il a lâché ces trois mots et il est allé s’asseoir sans rien dire.

J’ai lâché ma souris et pris une pause pour réfléchir à ce que j’allais bien pouvoir lui dire. Une image m’est tout de suite venue à l’esprit : celle de Ben et lui sur un toit, tous les deux nus, de dos, se tenant par la taille, en train de regarder un coucher de soleil. Léo avait l’habitude de se mettre à poil chaque fois qu’il était soûl, c’était plus fort que lui, je n’ai jamais compris pourquoi.
Il m’avait avoué un jour, un peu gêné, que son côté décadent reprenait le dessus quand il buvait et que se sentant totalement désinhibé, il avait besoin de toucher les gens qu’il aimait, comme s’il était sous ecstasy.
Nous avions regardé son album photo un soir que j’avais dormi chez lui. Il avait commenté toutes les photos de ses amis, dont certains étaient déjà morts très jeunes. Évidemment, Lena n’était pas là. Évidemment il avait gratté à ma porte et avait essayé de me convaincre de dormir avec lui pendant une bonne heure. J’avais fini par céder, épuisée, trop faible pour lui résister.
Je venais de me séparer d'Igor et je n’avais pas envie de passer la nuit à argumenter avec lui, j’avais trop besoin qu’on m’aime.

– Tu veux m’en parler ?
– …
– Tu veux sortir qu’on prenne un peu l’air ?
– Non, c’est bon, je vais fondre en larmes et c’est pas le moment. Il faut que je tienne aujourd’hui, je monte à Rennes après-demain, ils l’enterrent jeudi.
– Tu y vas seul ?
– Ben oui, pourquoi ?
– Heu je sais pas, Lena ne descend pas ?
– Non, je n’ai pas de nouvelles d’elle depuis une semaine, elle est Dieu sait où en croisière et le dernier de ses soucis est bien d’aller à un enterrement.
– Léo, je ne sais pas quoi dire, je ne sais pas ce qu’il faut dire dans ces moments-là. J’ose à peine imaginer ce que je pourrais ressentir si je perdais mon meilleur ami, mais je suis là pour toi.
– Je sais. Je sais. Merci.

Je me suis remise au travail, à peu près incapable d’aligner trois mots les uns après les autres, et je me suis retenue au moins dix fois de lui parler sur ICQ. Depuis deux mois qu’il avait été muté dans le sud, nos heures de conversations entre Paris et Nîmes avaient continué au même rythme, sauf que maintenant on mangeait aussi ensemble et que son bureau se tenait en face du mien. Je me demandais jusqu’à quel point ma présence ici avait pu le persuader de descendre. 
Je savais qu’il avait une copine en Suède depuis plusieurs années déjà, mais je ne pouvais pas croire qu’il me parle ainsi sans éprouver des sentiments pour moi. Après tout il était descendu de Paris pour le concert de Noir Désir, juste pour une soirée. On avait dormi chez ma mère, et avant de se coucher, dans la cuisine, je lui avais fait du thé à la menthe, et alors que nous parlions de la taille de nos mains, j’avais posé ma paume contre la sienne. Ses mains étaient immenses comparées aux miennes, mes doigts dépassaient à peine la paume de la sienne. J’avais passé la nuit à me rappeler sa présence non loin derrière moi, dans les arènes, pendant le concert. Je mourrais d’envie qu’il me prenne dans ses bras. J'avais froid, et surtout un besoin infini de le sentir contre moi, mais je n’avais pas osé bouger. Lorsque je me suis couchée, j’étais persuadée qu’il avait envie lui aussi de dormir contre moi, mais je me suis ramenée un peu durement à la réalité.
– Allez, redescends sur terre ma vieille, il doit être en train de roupiller à l’heure qu’il est, et toi tu te poses des questions insensées. C’est pathétique.

À l’heure du déjeuner, je suis partie manger avec lui, de l’autre côté du périphérique. Une fois notre repas avalé, j’ai mis nos yaourts dans mon sac, de même que deux cuillères subtilisées que je me suis promis de ramener le lendemain. Nous nous sommes réfugiés dans un parc et avons mangé nos yaourts en silence assis sur l’herbe. Il portait une chemise bleue que j’aimais bien, dont il avait remonté les manches, il faisait encore une chaleur incroyable pour un mois de septembre. Ses cheveux bruns avaient des reflets auburn au soleil, ils me donnaient envie d’y passer ma main. Je lui ai dit un jour qu’il me faisait penser à Gaston Lagaffe, et il m’a avoué plus tard que cette remarque l’avait vexé. Je me suis confondue en excuses et ai fini par plaisanter avec lui sur l’arche végétale que Gaston – Léo – et Mademoiselle Jeanne – moi – allaient installer dans le jardin exotique qui se trouvait dans le hall de nos bureaux.

– Je ne peux pas croire que c’est fini Vic, ce n’est pas possible, pas Ben. Je croyais que ça allait s’arranger. Pourquoi ses parents ne m’ont-ils pas averti qu’il allait mourir ? Ils auraient dû me prévenir. Tu te rends compte, je n’ai même pas pu lui dire au revoir, et ça, ça va me suivre toute ma vie. Je m’en veux trop, j’avais trop de choses à lui dire et maintenant c’est trop tard.
– Léo, ça ne sert à rien de culpabiliser, ce n’est pas ça qui va le ramener. Et puis il ne faut pas en vouloir à ses parents, tu sais, aussi bien ils pensaient comme toi, que ça allait s’arranger. Et puis même s’ils te l’avaient dit, qu’est-ce que tu aurais fait ? Tu lui aurais fait tes adieux en pleurant ? Tu lui as déjà dit ce qu’il avait besoin d’entendre, c’était des mots de vivants, pas ce que tu as en tête aujourd’hui.

Il s’est allongé dans l’herbe et n’a pas parlé pendant le reste de notre pause. Je n’ai pas osé rompre le silence, de peur de l’avoir vexé. L’après-midi a démarré comme toutes les autres, et je me sentais encimentée dans l’ennui, prise au piège.

Un e-mail a attiré mon attention en milieu d’après-midi. C’était un communiqué de Yahoo dans lequel on voyait l’une les tours jumelles de New York. On pouvait voir une épaisse fumée sortir d’un de ses flans. Le communiqué disait qu’il s’agissait d’un accident, qu’un avion s’était écrasé contre la tour, mais qu’on n’en savait pas plus. Ces nouvelles ne m’auraient pas plus choquée si un brouhaha n’avait commencé à envahir nos locaux, commençant à semer un vent de panique parmi mes collègues.

– C’est plus sérieux qu’on ne le pensait, apparemment ce n’est pas un accident. Un second avion s’est écrasé sur l’autre tour, et un troisième sur le Pentagone.
J’ai regardé dans ma liste de contact si Greg était connecté. Il travaillait dans nos bureaux de Los Angeles et j’étais proche de lui. Nous étions en contact régulier et discutions assez fréquemment, d’un bout de la Terre à l’autre.
– Greg, are you there ?
– Yep.
– What’s going on there ?
– I dunno. The airport is closed, the traffic around LAX has been completely closed, everyone is panicking, there’s no phone connection, we don’t know what the hell all this is about, but it is serious.
– Can’t you go home ?
– No, I don’t think this is wise, and I wouldn’t be able to make it anyway, the roads are blocked by policemen.
– And what about your kids ?
– Well, I don’t know, I just hope they’re safe.
– Let me know if you there’s anything new, OK?
– OK.
– Bye then, take care.
– Bye Victoire.

– Greg, tu es là ?
– Qu’est-ce qui se passe là ?
– Chais pas. L’aéroport est fermé, la circulation autour de l’aéroport a été complètement bloquée, tout le monde panique, les lignes téléphoniques sont coupées, on ne sait pas ce qui se passe, mais c’est sérieux.
– Tu ne peux pas rentrer chez toi ?
– Non, je ne pense pas que ce soit une bonne idée, et je n’y arriverais pas de toute façon, les routes sont bloquées par la police.
– Et tes enfants ?
– Eh bien, je ne sais pas, j’espère juste qu’ils vont bien.
– Tiens-moi au courant si tu en sais plus, OK ?
– OK.
– Allez, salut, prends soin de toi.
– Salut, Victoire.

Plus l’heure avançait et moins nous étions capables de nous concentrer. Des groupes s’étaient formés autour des bureaux, attendant de nouveaux communiqués, et nous lisions les derniers rapports, complètement atterrés, mais pas tout à fait conscients du drame qui était en train de se jouer sous nos yeux.
C’était certainement l’événement le plus important de nos petites vies insignifiantes. Je savais que nous allions nous souvenir à jamais de ce jour et de ce que nous faisions au moment précis où les images ont commencé à inonder nos cerveaux.

Je suis rentrée rapidement chez moi et j’ai passé la soirée devant la télé, effondrée. J’ai sangloté devant les images de l’apocalypse, me demandant dans quel monde j’avais bien pu voir le jour, les bras ballants face à l’horreur de personnes qui sautaient par les fenêtres de leurs bureaux, m’imaginant les dernières paroles des sacrifiés avant que l’avion ne s’écrase contre une des tours.

Le téléphone a sonné aux alentours de 22 heures.
– Allô ?
Un reniflement a été la seule réponse que j’ai obtenue.
– Léo, c’est toi ?
– Oui.
– Ça va ?
– Non.
– Qu’est-ce que tu fais ?
– Rien, je sais pas, c’est la fin du monde, Ben est mort, c’est irréel. J’ai l’impression d’être dans un cauchemar, le ciel m’est tombé sur la tête et je ne sais pas ce qui va m’arriver de plus là.
– Tu veux que je vienne ?
– Non, c’est bon.
– Ça va aller ?
– Oui t’inquiète, honnêtement qu’est-ce qu’il peut m’arriver de pire aujourd’hui ?

Il avait un ton cynique, et ça, c’était tout sauf lui.
– T’es pas drôle.
– Non c’est clair, je ne remporterais pas un concours de clown ce soir. Bon allez, je te laisse. Dors bien.
– Bye, Léo, fais attention à toi.

Je me suis endormie devant la télé ce soir-là, et j’ai ouvert les yeux vers 3 heures du matin. Toutes les lumières de la cour intérieure étaient éteintes sauf une qui a attiré mon attention. On pouvait voir dans une chambre, la porte-miroir d’un placard devant laquelle se tortillait le corps d’un homme nu qui semblait faire la danse du ventre, son sexe virevoltant dans tous les sens.
Je suis restée quelques instants fascinée et amusée par ce spectacle nocturne, me demandant ce que pouvait bien faire cet homme à une heure si tardive et ce qui avait bien pu lui passer par la tête pour entamer une danse endiablée. Je me demandais si d’autres personnes m’observaient aussi chez moi, si je pouvais en arriver à faire des choses aussi absurdes. Bien sûr, je n’ai pas trouvé la réponse.

Léo ne m’a pas parlé de la journée le lendemain. Je suis passée et repassée devant son bureau, mais il n’a pas levé la tête. La fin de la journée arrivant, je lui ai demandé s’il voulait qu’on mange ensemble et il a accepté. Je l’ai emmené dans un restaurant africain où il a semblé oublier un peu qu’il devait partir le lendemain pour enterrer son meilleur ami. Il m’a dit qu’il voulait qu’on joue Hallelujah de Jeff Buckley pour la cérémonie. J’ai attendu avec impatience la fin du repas que le serveur vienne lui proposer un verre de Petit Cri, un cocktail tellement pimenté qu’il vous coupe la respiration pendant quelques instants. Il a attrapé un hoquet terrible, et j’ai éclaté de rire en voyant ses grands yeux plissés en larmes. C’est l’image qui m’est restée de lui et qui ne me quittera jamais, riant au pire moment de sa vie, plus fort que tout ce qui pouvait lui arriver de terrible dans la vie, plein d’amour. Moi, je n’avais pas cette capacité.

Alors que je le raccompagnais, il m’a demandé de m’arrêter un instant.
– Vic, je ne vais pas pouvoir rentrer chez moi, je peux venir dormir chez toi ?
– Je ne pense pas que ce soit une très bonne idée…
– Je dormirai sur ton canapé c’est promis. Je ne veux pas rester seul cette nuit.
J’ai cédé, sachant pertinemment que je n’aurais jamais dû. Il finissait toujours serré contre moi.
Je dormais quand il a ouvert la porte, mais il ne s’est pas couché tout de suite à mes côtés. Il s’est mis au pied de mon lit et a posé la tête sur les draps. Je me suis penchée et j’ai commencé à lui caresser la tête comme avec un enfant, et il s’est avancé petit à petit, pour finir blotti contre moi, sans dire un mot. Ses cheveux étaient incroyablement doux, comme ceux d’une femme, et je ne pouvais plus m’arrêter de les caresser. Nous avons passé la nuit enlacés, habillés, incapables de dormir, sachant que nous ne pourrions plus jamais nous regarder de la même façon.
Je me suis endormie au petit matin et j’ai fait un rêve étrange. J’étais en train de me noyer dans une mer bordée de rochers, et Léo me tendait la main et parvenait à me sauver. Il m’emmenait ensuite dans une voiture blanche et le rêve s’arrêtait là. 
Sigmund Freud y aurait vu un symbole très clair du chevalier emmenant sa promise sur un cheval blanc avant de l’épouser et lui faire une demi-douzaine de bambins. Seulement là, le cheval blanc, c’était une Yaris, le Prince, Gaston Lagaffe, et la princesse, Mademoiselle Jeanne.

C’est à ce moment-là que j’aurais dû choisir de le suivre, mais je ne l’ai pas fait. Je ne suis pas arrivée à me décider, je n’y croyais pas, quelque chose me retenait sans que je sache exactement quoi. Peut-être avais-je tout simplement peur du bonheur ? Il m’a attendue longtemps, appelée souvent, mais je l’ai ignoré, jusqu’au jour où Lena est venue s’installer chez lui.
C’est bien évidemment ce jour-là que j’ai compris que j’avais fait une connerie. Une énorme connerie.
Il n’est pas rentré manger avec elle le jour de son arrivée, il est resté avec moi, dans l’herbe du parc, à me regarder sans rien dire.

– Choisis-moi Léo, choisis-moi.
– C’est maintenant que tu me dis ça ? Maintenant que Lena vit avec moi ?
– J’ai fait une erreur, pardonne-moi, dis-lui que tu m’aimes.

Nous sommes rentrés travailler une fois de plus en silence, mais avant de partir, il m’a tendu une feuille de papier sur laquelle il m’avait écrit « Je t’aime, attends-moi ». Je suis rentrée chez moi dépitée, incapable de penser normalement et je me suis allongée sur le canapé en attendant que le lendemain arrive, sa lettre dans la main.

Quand je suis arrivée au bureau, Léo n’avait visiblement pas dormi de la nuit.
– Je lui ai tout dit.
– Et ?
– Et alors il ne s’est pas passé exactement ce que j’espérais. Je pensais qu’elle voudrait partir, mais elle reste. Elle veut que je lui donne une dernière chance. Je lui ai dit non, je lui ai dit que je t’aimais, mais elle n’a rien voulu savoir. Elle reste. Je ne suis pas assez fort pour lui dire de partir, je ne peux pas choisir maintenant, j’en suis incapable. Je n’en ai plus la force.
Je n’ai rien répondu. J’ai essayé de m’imaginer ce que j’aurais bien pu faire à sa place à elle. Je crois que je serais partie, j’aurais eu trop de fierté pour rester avec un homme qui en aimait une autre. Mais elle est restée. Je n’étais pas elle et je n’avais surtout aucune envie de me battre pour un homme. Pour moi, l’amour était forcément plus simple, plus évident. Si les choses s’acharnaient contre nous, c’est que je devais les laisser faire et partir.
En rentrant chez moi ce soir-là, je me suis regardée dans le miroir de l’ascenseur pendant un long moment, et j’ai décidé de l’appeler.

– C’est trop tard Léo, je ne t’attendrai pas. Tu vas rester avec elle, car tu n’arriveras pas à la quitter, mais tu vas continuer à m’aimer, tu ne m’oublieras jamais. Quant à nous… Je me dis que tu seras peut-être mon dernier mari et qu’on vieillira ensemble, incapables de faire l’amour parce qu’on sera trop vieux et passant nos journées dans le jardin potager, à regarder nos légumes pousser…
Je ne lui ai pas laissé le temps de répondre, j’ai raccroché tout de suite.

Je me suis levée et j’ai regardé par la fenêtre. Le voisin qui dansait tout nu quelques nuits plus tôt était en train de fumer une cigarette sur son balcon. J’ai souri, allumé une cigarette à mon tour, et j’ai regardé la fumée former des volutes vers le ciel en imaginant ce qu’allait bien pouvoir être ma vie à compter de ce jour.

Monday, 2 March 2020

Springtime is coming and so are flashy colours


Springtime is coming, so when I went to visit my grandma and my aunt with my daughters in the countryside, I was delighted to try my new green leaf pattern dress. I found it at Intersport (it’s part of the new collection) and the Firefly brand is gorgeous and not pricy at all! I am planning on wearing it as a tunic in the spring and as a dress in the summer. It’s really good value for money and I think I could have easily spent 4 times this price on a similar item by a more famous brand. I just love it and I can’t wait to wear it nearly full-time (I’m the type of person who’s able to wash a beloved item in the evening so I can wear it again the following day. Yeah, I’m definitely obsessive 🙄).

Le printemps arrive, et lorsque je suis allée rendre visite à ma grand-mère et à ma tante avec mes filles dans l'arrière-pays gardois, j'ai eu le bonheur de mettre ma nouvelle robe dotée de motifs à feuilles vertes. J'ai trouvé cette perle chez Intersport (elle fait partie de la nouvelle collection) et la marque Firefly est magnifique et peu onéreuse. J'ai l'intention de la porter en tant que tunique au printemps et en tant que robe l'été. C'est vraiment un bon rapport qualité-prix et je pense que j'aurais facilement pu dépenser 4 fois plus sur un article du même genre de marque plus connue. Je l'adore et j'ai trop hâte de la porter quasi à plein temps (je suis le genre de personne qui est capable de laver un article qu'elle aime le soir afin de pouvoir le porter le lendemain. Oui, je suis monomaniaque 🙄).

Firefly dress : €25 (Intersport) – Molly LTB jeans€56 (Sarenza) – Sneakers: Stan Smith – €65 (Courir)
Robe Firefly 25 € (Intersport) – Jean Molly LTB 56 € (Sarenza) – Baskets: Stan Smith  65 € (Courir)

Happy Feet wearing sneakers (my grandma does wear sneakers but she’s too old to walk, so there were only 4 pairs of feet outside):
Happy Feet la famille baskets (ma grand-mère en porte aussi, mais elle est trop âgée pour marcher, donc il n'y avait que 4 paires de pieds dehors) :
The Twins: Sarenza Adidas Superstar: €60 / Decathlon Newfeel: €25 – My aunt: Black and Tartan Sneakers (unknown brand) – Myself: Courir Stan Smith: € 65
Les Twins : Adidas Superstar Sarenza : 60 € / Decathlon Newfeel : 25 € – Ma tante : baskets noires et tartan (marque inconnue) – Moi : Stan Smith : 65 €

As a bonus, here are a few pictures I took in February. Springtime and autumn are my favourite seasons, because I love their colours…
En bonus, je vous fais profiter de quelques photos que j'ai prises au mois de février. Le printemps et l'automne sont mes saisons préférées, car j'adore leurs couleurs...

Fontaine de Vaucluse resurgence river near Avignon
Rivière de la résurgence de Fontaine de Vaucluse près d'Avignon

Fontaine de Vaucluse Resurgence
Résurgence de Fontaine de Vaucluse

Fontaine de Vaucluse resurgence river
Rivière de la résurgence de Fontaine de Vaucluse

Gorgeous flowering mimosa in the suburbs of Montpellier
Magnifique mimosa en fleur en périphérie de Montpellier

Beautiful blue sky I can enjoy from my balcony/our bedrooms (you have every right to hate me 😶)
Magnifique ciel bleu que je peux admirer de ma terrasse/nos chambres (vous avez le droit de me détester 😶)

Pink sunset on Place de la Comédie in Montpellier
Coucher de soleil rose sur la place de la Comédie à Montpellier

Sunday, 16 February 2020

Manucurist Paris: The Green Solution To Nail Polish


Everybody knows I'm a nailista (see a collection of my nail arts here), but you need time and lots of concentration and good products to do a good job.
I recently discovered The Manucurist green home semi permanent nail polish made in France and had it delivered par Santa 🎅🏻 himself! 
I don't have much time on my hands (no pun intended) to apply gel polish and they're so toxic, bad quality and expensive to a point that I totally stopped applying nail polish as it really killed my fragile nails and the results only lasted one day, which after I already had chips and I was really sick and tired of spending so much time and money for nothing. I even had to take yeast supplements for months in order to fight the damage it had done last summer...


Tout le le monde sait que je suis une nailista. (découvrez ma collection de nail arts ici), mais il faut du temps et beaucoup de concentration, ainsi que de bons produits pour obtenir de jolis résultats durables.
J'ai récemment découvert le vernis semi-permanent à appliquer chez soi de la marque française The Manucurist et le Papa Noël 🎅🏻 me l'a livré en main propre (sans vouloir faire de mauvais jeux de mots!). J'ai peu de temps pour appliquer du vernis à ongles et les produits sont tellement toxiques, de mauvaise qualité et à un prix tellement délirant que j'ai totalement lâché l'affaire, car je me suis retrouvée avec des ongles cassants et le résultat ne durait qu'une journée, après laquelle j'avais déjà des éclats. De plus, j'en avais assez de passer autant de temps et de dépenser autant pour des résultats aussi médiocres. J'ai même dû prendre des suppléments à la levure de bière pendant dans mois afin de réduire les ravages que ces produits avaient faits sur mes ongles l'été dernier...

I opted for the Green Flash Starter Kit at 69€ and I have to say I was quite happy about the results when you think it costs you around 40€ to have it done by a professional and that you have to drive to the salon (when you're a working mum, time is money, right?).

J'ai opté pour le Green Flash Starter Kit à 69 € et je dois dire que je suis vraiment satisfaite des résultats, surtout lorsqu'on pense que cela coûte environ 40 € lorsque c'est fait par un professionnel chez qui en plus il faut se déplacer (quand on travaille et qu'on a des enfants, le temps c'est de l'argent, non ?). 

It’s safe, do it yourself! A quick 3-step routine for a professional result at home! I dries very fast thanks to a 18W LED lamp, it is easy to remove like a traditional nail polish and doesn't damage your nails as much as with non-green products.

C'est sécurisé et vous pouvez le faire vous-même. Une routine en 3 étapes vous permet d'obtenir des résultats professionnels chez vous. Le vernis sèche très rapidement grâce à une lampe LED 18W, il est très facile à enlever et n'abîme pas vos ongles comme les cosmétiques non respectueux de l'environnement.

IT’S CLEAN!
9 FREE: it means that the nail lacquers are formulated without Formaldehyde, Dibutyl Phthalate, Toluene, Formaldehyde Resin, Camphor, Xylene, Lead, Paraben, Ethyl Tosylamide making them safe for all members of your family (whether you apply them or are in the same home). My 10-year-old twins had their first 'real' manicure and it lasted for over a week (same thing for myself, what a relief)! We had a girl's night and it took us 45 minutes for the three of us and they were over the moon.
The lacquers contain green ingredients such as sugarcane, manioc, corn, potato, wheat, cotton and clay, and no molecule presenting a risk of allergy. They contain up to  84% bio-source ingredients and no endocrine disruptors.

C'EST CLEAN !
9 FREE: cela signifie que les vernis à ongles ne contiennent pas de toluène, de dibutyl phtalate (ou DBT), de formaldéhyde, de camphre, de xylène, de résine de formaldéhyde, de parabènes et du styrène et benzophenone-1, ce qui rend ces produits plus sains pour toute la famille (autant pour les personnes qui l'appliquent, que celles qui vivent dans la même maison). Mes filles de 10 ans ont eu leur première manucure de "grande" et elle a duré plus d'une semaine (pareil pour moi, quel soulagement) ! On a juste fait une soirée fifilles ensemble, cela nous a pris 45 minutes pour toutes les trois, et elles étaient ravies.
Les produits sont composés de 9 produits bio tels que du sucre de canne, du manioc, du maïs, de la pomme de terre, du coton et de l'argile. Ils ne contiennent ni perturbateurs endocriniens ni molécule pouvant présenter des risques d'allergie. Ils sont formulés à partir d’ingrédients naturels jusqu’à 84 % , et limitent notre impact sur l’environnement.

IT’S GREEN!
Green Flash is the first green & clean home gel polish by The Manucurist.

C'EST GREEN !
Green Flash est le premier vernis semi-permanent green & clean de The Manucurist.

IT'S FAST!
You only need between 20 to 30 minutes to apply the base coat, two nail polish coats and a top coat and dry your nail between each coat (between 2 or 3 minutes depending on the product).
One little tip: don't put the whole hand under the LED lamp and dry the thumbs separately, otherwise the nail polish won't last as long.

C'EST RAPIDE !
Il faut entre 20 et 30 minutes pour appliquer la base, deux couches de vernis et le top coat en utilisant la lampe entre chaque couche (entre 2 et 3 minutes en fonction du produit). 
Petit conseil : ne mettez pas toute la main sous la lampe et faites les pouces séparément, sinon le vernis tiendra moins longtemps.

THE LAMP HAS A 2-YEAR WARRANTY!
LA LAMPE EST GARANTIE PENDANT 2 ANS !

THE COLOURS ARE GORGEOUS!
If I had the choice, I would probably end up buying all shades, but I had to refrain myself because it was a X-Mas present, so I went for the golden one, the purple one and the lilac one.

LES COULEURS SONT MAGNIFIQUES !
Si j'avais le choix, j'achetais probablement toutes les couleurs, mais j'ai dû me retenir, car c'était un cadeau de Noël, alors j'ai opté pour le doré, un bordeaux et un bleu lilas.


GOLD SAND - GREEN FLASH - 22€

CURRANT JELLY 15 ML - GREEN FLASH - 22€

LILAS 15 ML - GREEN FLASH -22€




The Starter kit Green Flash is composed of:
- A base Coat & a Top Coat Green Flash (15 ml)
- A removal nail kit - with nail polish remover Green Flash 100 ml which has a gorgeous smell (almost like perfume)
- A  Green Flash 18W lamp (no burning sensation)
Video protocol here

Le Starter kit Green Flash contient :
- Une base et un top coat (15 ml)
- Un kit de papier alu + coton à garder sur les doigts pendant quelques minutes + 1 bouteille de 100 ml dissolvant sans acétone qui sent super bon (on dirait presque du parfum)
- Une lampe LED de 18W (pas de sensation de brûlure)
Protocole vidéo ici

The icing on the cake: they also have very cute nail polish for children!
Cerise sur le gâteau : ils ont des vernis pour enfants à prix très abordables et super mignons!



JANIS THE SEAHORSE - CHILDREN NAIL POLISH IRIDESCENT MAUVE - 7,90€
JANIS L'HIPPOCAMPE - VERNIS POUR ENFANT MAUVE IRISÉ

Here is the results I had for celebrating NYE with the kids:
Voici le résultat que j'ai obtenu pour célébrer le jour de l'an avec mes enfants:


Let's talk about flowers and plants!

  After 2 years in my new flat, I decided it was high time to decorate my spacious and sunny terrace. I recently invested in a flew pla...